STRESS POST-TRAUMATIQUE

pexels-jessica-ticozzelli-5670759.jpg

Tout le monde a déjà vécu une situation dangereuse pour sa sécurité ou celle d’un proche, comme éviter de justesse un accident de la route. Dans une telle situation, une personne peut ressentir un niveau élevé d’anxiété, caractérisé par un sentiment de peur intense. Cette peur s’accompagne d’une forte réaction physique due à la sécrétion d’adrénaline, l’hormone qui permet au corps de réagir rapidement au danger. La peur et la réaction physique qui l’accompagne font partie d’un mécanisme de défense naturel qui a pour but d’assurer la survie. Ces réactions sont donc normales et disparaissent généralement quelques heures après l’événement.

Cependant, chez les personnes atteintes d’un trouble stress post-traumatique, ces réactions ne disparaissent pas complètement. La personne continue à les revivre avec la même intensité que la première fois, sous la forme de rêves ou de flash-back. Les flash-back sont des images mentales qui font revivre la situation traumatisante à la personne. La personne peut aussi revivre ces réactions lorsqu’elle est exposée à une situation semblable à celle qui a causé le traumatisme.

La personne affectée peut alors tenter d’éviter les situations ou les conditions qui lui rappellent le traumatisme. Le besoin d’éviter toute situation menaçante peut entraîner des conséquences importantes sur ses activités personnelles, familiales et sociales.

Facteurs de risque

Un traumatisme intense qui fait vivre une peur profonde est toujours à l’origine du trouble stress post-traumatique. Voici des exemples d’événements pouvant causer un traumatisme :

  • les catastrophes naturelles, par exemple une inondation, une tornade, un tremblement de terre;

  • les accidents graves, par exemple un accident d’avion, un accident de la route, une explosion, un incendie;

  • les attaques volontaires, par exemple une agression, un vol à main armée, un viol, une prise d’otages, un épisode de guerre;

  • la mort subite d’un être cher;

  • la lutte contre une maladie possiblement mortelle;

  • les menaces de mort.

De 50 à 60 % des gens vivront un traumatisme dans leur vie. Pourtant, seulement un petit nombre d’entre eux développera un trouble stress post-traumatique.

SOURCE

https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/sante-mentale-maladie-mentale/etat-stress-post-traumatique